Return to site

Mais je ne suis pas noire!

distingué par Presse et Cité, l’association Génériques et le Musée de l’Histoire de l’Immigration

« Mais je ne suis pas noire ! » performance de théâtre, vidéo et slam – 45 minutes

Ecrite et interprétée par Christelle Evita, mise en scène par Hélène Poitevin, cette performance traite des paradoxes, difficultés et réalités du fait d’être une personne noire, française, en France. 
Plus largement, il s’agit de débattre la question de l’identité, de la « différence » et le fait d’être soi quand les autres vous assignent votre identité, la réduisent à quelques attributs (la couleur de peau, la cuisine, la manière de parler, « votre » handicap, etc.).  Autrement dit, une performance qui nous concerne tous !
« Mais je ne suis pas noire ! » a été distingué par Presse et Cité, l’association Génériques et le Musée de l’Histoire de l’Immigration

Un spectacle que vous pouvez faire tourner dans vos entreprises, villes, écoles, pour susciter un échange profond et authentique sur la diversité et l’inclusion. Contactez Christelle Evita pour plus de détails! christelle.evita@gmail.com

Les prochaines représentations ouvertes au public sont:

  • du 9 au 13 juillet 2014 à 19h au Festival Nous n’irons pas à Avignon, Gare au Théâtre à Vitry Sur Seine (RER C à 2 stations de la Bibliothèque F. Mitterrand – Le théâtre est au pied du RER).

Le coup de gueule de l’auteure

Oui, il y a les grandes catastrophes « noires » (esclavage, apartheid, etc.) mais il y a l’impact de ces expressions, de ces phrases en apparence anodines. Ces petits coups de couteaux au quotidien qui sapent, qui minent la femme noire que je suis mais également d’autres individus de la même couleur de peau et qu’il m’a été donné de rencontrer.

Il y a également cet état de fait : la langue française symbolise le caractère problématique d’une situation, d’un évènement en le rattachant à la couleur noire. Ma couleur de peau justement…

J’ai longtemps refusé de reconnaître pleinement que ces phrases et cette symbolique me faisaient mal. On me disait et je voulais m’en persuader, que j’étais trop sensible. Que ce n’était pas grave d’assimiler «noir » et « problème. » Il s’agissait d’expressions malheureuses dont la langue française regorgeait mais il ne fallait y avoir aucune malveillance chez la plupart des gens qui les énonçaient.

N’empêche, ces phrases résonnaient douloureusement en moi. Dès que j’entendais ces expressions, je sentais poindre, de plus en plus forte, une colère dont je ne voulais pas. Un énorme ressentiment se formait, grossissait.

J’ai alors fait le choix de décortiquer les sentiments que provoquaient en moi ces expressions. Non, je n’étais pas trop sensible, seulement traumatisée par cette assimilation pathogène entre la notion de problème et la couleur noire, ma couleur de peau, une partie si intime de moi qu’elle n’est même plus une partie. Je suis noire. Je ne suis pas en partie noire. Je suis noire.

Comment ne pas se sentir vrillée, blessée, amochée, abîmée, salie, souillée, avilie lorsque votre couleur de peau sert à symboliser ce qui est problématique ?!

Assez qu’on ne voit dans ma réaction que de la sensiblerie,
Assez qu’on me demande de ne pas m’offusquer de ces expressions,
Assez que l’on tente de me persuader que tout cela n’avait pas d’importance, que tout avait été dit à ce sujet et qu’il n’y avait rien de plus à en dire.

Pourquoi n’aurais-je dû ne rien devoir dire de ce que je considère comme un traumatisme, aussi personnel soit-il ? Pourquoi laisser aux autres le soin de parler de ce que je ressentais ? J’ai décidé de prendre la parole et de la donner aussi à des hommes et des femmes noires. Comment reçoivent-ils ses propos ?

Etais-je la seule à être pareillement traumatisée ? Etais-je folle ?

Comme souvent chez moi, le cheminement artistique a constitué le meilleur antibiotique à cette colère. Ainsi est née l’idée de cette performance « mais je ne suis pas noire ! »

Christelle Evita

Note d’intention

Au travers de ce projet, nous poursuivons 3 intentions :

1/Engager l’inventaire de ces phrases ou situations du quotidien qui assimilent la couleur noire à la notion de problème et en mesurer l’impact sur l’image de soi lorsqu’on est noir de peau.

2/ « Désintérioriser » ces phrases et donc ces schémas de pensée qui nous habitent si profondément qu’il nous est difficile d’en faire l’inventaire et de les mettre à distance. Le fait que ces phrases ou expressions soient le plus souvent dites sans méchanceté ne doit pas nous épargner d’en faire l’inventaire. Bien au contraire. Il est également trop facile de parler de bêtise pour liquider l‘affaire. Il ne s’agit pas tant de comprendre pourquoi certains s’expriment ici. Nous nous attachons ici à écouter et donner à entendre ceux qui reçoivent ces phrases, ceux qui sont noirs de peau.

3/ Sans jugement quelconque, observer comment ces phrases sont reçues par les récepteurs, hommes et femmes du public. Comment réagissent-ils face aux évocations de cette forme de discrimination ordinaire ?

Telle est l’intention globale du projet : tenter de mettre à distance nos fonctionnements et les schémas de pensées afférents sans qu’il soit question de culpabiliser ou victimiser quiconque.

Performance au croisement du théâtre, du slam, de réflexions philosophiques et de témoignages documentaires, ce mélange servira à éveiller tous nos sens autour du questionnement de nos propres schémas de pensée. 

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly